Un autre regard sur soi et sur les autres

Bienvenue sur mon blog, dédié aux regards que vous portez sur le monde et sur vous-même

 

Quand les esthéticiennes deviennent les porte-paroles de la Ligue contre le Cancer 5 novembre, 2009

Classé dans : Regards sur la maladie — somanystories @ 21:52

Qu’est-ce que le projet Vénus ?

Le projet VENUS a été initié par le Service Prévention et Dépistage du Comité des Alpes Maritimes de la Ligue contre le Cancer. C’est une action à la fois originale et pertinente puisque c’est la 1ère fois qu’une telle démarche est proposée par une association de lutte contre le cancer en France. Elle répond à une des missions fondamentale de la Ligue contre le Cancer qui est la prévention et le dépistage. Les actrices principales de cette opération seront les esthéticiennes …

Pourquoi les esthéticiennes ?

Parce qu’une esthéticienne est avant tout une femme qui entretient une relation privilégiée avec sa cliente lors du soin esthétique. Ainsi, prendre l’initiative d’effectuer un dépistage ne se limitera plus à une prescription médicale mais deviendra aussi un conseil solidaire de femme à femme.

Comment participer ?

Nous comptons sur les esthéticiennes pour informer leurs clientes qui les questionneraient et ainsi les sensibiliser sur la nécessité d’effectuer un dépistage régulier en diffusant les outils du kit VENUS dans leur institut de beauté.

Quels sont les outils ?

En adhérant au projet VENUS, nous remettons à l’institut un logo autocollant qui attestera du partenariat avec la Ligue contre le Cancer, des affiches signalant l’aptitude de l’esthéticienne à renseigner ses clientes sur le dépistage ainsi que des cartes de visite contenant des renseignements utiles.

Quels intêrets à adhérer à ce projet ?

En étant solidaire du projet VENUS, elles deviendront des porte-paroles de la Ligue contre le Cancer et participeront à l’amélioration du taux de dépistage dans les Alpes Maritimes, tout particulièrement le dépistage organisé du cancer du sein. En donnant une autre dimension à un moment privilégié qu’est le soin esthétique, l’institut adoptera une attitude citoyenne en direction d’une clientèle de plus en plus sensible à ce type de démarche …

Comment juger du succès de cette opération ?

Nous recueillerons les impressions et suggestions des esthéticiennes chaque trimestre par le biais d’un courrier. Bien sur, nous nous montrerons très vigilants sur l’évolution du taux de participation des dépistages organisés dans le département. De plus, nous leur proposerons un rendez-vous annuel réunissant toutes les esthéticiennes adhérentes au projet pour discuter dans un cadre chaleureux et convivial, de l’année écoulée et pourquoi pas accueillir de nouvelles participantes !

VOUS ETES ESTHETICIENNES ET/OU ETES PROPRIETAIRE D’UN INSTITUT DE BEAUTE ET LE PROJET VENUS VOUS INTERESSE ? CONTACTEZ NOUS AU 04.97.20.20.44 OU PREVENTION.LIGUE06@ORANGE.FR

 

 

Arrêtons de pleurer… message à l’entourage 21 avril, 2009

http://www.e-cancer.fr/v1/index.php?option=com_redaction&Itemid=673&lang=1&vers=1

et cliquez sur la vidéo nommée « arrêtez de pleurer »

 

 

Pour un autre regard sur le cancer

Si vous souhaitez voir une vidéo intelligente cette semaine, cliquez sur ce lien:

http://www.e-cancer.fr/Information-sur-les-cancers/Perruques-maquillage/op_1-it_644-la_1-ve_1.html

La vidéo se nomme Pour un nouveau regard sur les cancers

 

 

Regards sur les vécus de l’alopécie

Classé dans : Regards sur la maladie — somanystories @ 16:34

Une étude menée auprès des patients confrontés à l’alopécie

L’Institut National du Cancer rend publics les résultats d’une enquête BVA, menée auprès des patients confrontés à la chute de leurs cheveux suite à un traitement de chimiothérapie, afin d’évaluer leur niveau d’information sur l’alopécie, de connaître leurs comportements lors de l’achat d’une perruque et de mesurer l’impact de la charte de l’INCa.

Cette « charte des droits du client et devoirs du vendeur de perruques » a été établie en 2006 par l’INCa en concertation avec les représentants des patients et des perruquiers. Objectif : promouvoir une démarche qualité au niveau de l’accueil, de la présentation des produits et du service après-vente. En juin 2007, soit un an après son lancement, on dénombrait plus de 400 adhérents (sur près de 700 professionnels répertoriés).

Entre février et juillet 2008, soit moins de deux ans après le déploiement effectif de la charte, l’INCa a procédé à une enquête auprès des patients touchés par l’alopécie. 842 patients traités en chimiothérapie dans 8 établissements de trois régions, choisies en fonction du nombre de perruquiers adhérents, ont répondu à l’enquête. L’étude montre que les patients traités en chimiothérapie se déclarent bien informés sur la chute des cheveux dans neuf cas sur dix. Trois personnes sur quatre ont acheté une perruque, une sur quatre connaît la charte proposée par l’INCa. Enfin, plus de neuf personnes sur dix se déclarent satisfaites des conditions d’achat de leur perruque.

Visualisez les résultats de l’enquête sur http://www.e-cancer.fr/v1/index.php?option=com_redaction&Itemid=63&task=voiritemfo&id=2395

 

 

Regards sur nos corps

Classé dans : Regards sur la maladie — somanystories @ 16:31

Un juge des référés parisiens a interdit ce mardi l’exposition anatomique « Our Body », laissant 24 heures aux organisateurs pour suspendre la manifestation qui présente au public, depuis le 12 février à Paris, de vrais corps humains.

Déjà présentée à Lyon et Marseille, l’exposition devait s’achever le 10 mai à l’Espace 12, boulevard de la Madeleine, avant de migrer au Parc Floral du 22 mai au 23 août.

Deux associations de lutte pour les droits humains avaient assigné la société Encore Events, organisateur de l’exposition, pour obtenir l’interdiction de cette manifestation.

Tandis qu’à l’audience du 1er avril, Encore Events avait souligné le caractère pédagogique et scientifique de la manifestation, les associations avaient argué qu’elle portait atteinte aux droits humains.

Les corps du litige sont exposés depuis le 12 février à Paris. Au prix de 15,50 euros l’entrée, le public peut y découvrir 17 cadavres de Chinois, hommes et femmes, entiers ou disséqués. Les corps sont préservés par plastination, une technique qui consiste à remplacer les liquides organiques par du silicone.

Proposée en France par l’association Encore Events, l’exposition « Our Body » a déjà été proposée par d’autres organisateurs aux Etats-Unis, en Allemagne et en Espagne.

Plus largement, ces expositions anatomiques ont été vues par plus de 30 millions de visiteurs dans le monde.

Qu’en pensez-vous?

cf article de L’EXPRESS

 

 

Comité Ethique et Cancer

Classé dans : Regards sur la maladie — somanystories @ 16:25

Composé de 31 membres (médecins, malades, psychologues, proches et sociologues…), il analyse, approfondit, clarifie les éléments de l’éthique médicale. Il éclaire et donne son avis.

Il s’agit aussi d’un organe de recours indépendant et permanent, qui peut être saisi à tout moment, sur toute question légitime relevant de léthique en relation avec la pathologie cancéreuse.

14 rue Corvisant, 75013 Paris. www.ethique-cancer.fr

 

 

Précisions complémentaires

Classé dans : Regards sur la maladie — somanystories @ 16:07

Echelles quantitatives mesurant l’intensité de la douleur

Précisions complémentaires dans Regards sur la maladie puce1 Echelle visuelle analogique (EVA) :   »thermomètre » de la douleur.
L’intensité de la douleur peut être définie par un trait tracé sur une échelle :

doul_eva dans Regards sur la maladie

Demander au patient d’indiquer par une croix ou un trait sur la ligne, le niveau de sa douleur actuelle.

En cas de difficultés de compréhension de l’EVA, proposer l’échelle numérique (EN) ou l’échelle verbale simple (EVS).

puce1 Echelle numérique (EN)
Entourer ci-dessous la note de 0 à 10 qui décrit le mieux l’importance de votre douleur au
moment présent :

doul_evn

puce1 Echelle verbale simple (EVS)
Pour préciser l’importance de votre douleur, répondez en entourant la réponse correspondant le mieux à votre douleur actuelle.

Suite d’adjectifs : absente, faible, modérée, intense, extrêmement intense.

Intérêt de ces échelles :
donnent une valeur descriptive pour un patient donné et permettent un suivi

cf site web http://www.oncolor.org/referentiels/support/doul_eval.htm#DEGR

 

 

L’échelle EVA – Evaluation de la douleur

Classé dans : Regards sur la maladie — somanystories @ 16:01

L’échelle EVA est utilisée par les professionnels de santé pour mesurer une intensité de la douleur.

La présentation d’une échelle au patient doit être faite de manière relativement standardisée, avec suffisamment d’explications et après s’être assuré de la bonne compréhension du patient.

Voici une bonne présentation de l’échelle sur le lien suivant:

http://www.antalvite.fr/pdf/echelles.pdf

 

 

Regards sur la perruque.. ou la prothèse capillaire 16 avril, 2009

Salons de la Cosmétique – Faro, Portugal, janvier 2009.

Rencontres sympathiques sur un stand de Perruques: j’observe et participe avec curiosité.
Les gens s’amusent, rient sur ce stand qui obtient un succès fou. Chacun y effectue ses essayages de « coiffures » et s’en donne à coeur joie. Certaines gloussent même de malice et de plaisir.

J’ai compris.

Je décide de réabiliter la perruque comme accessoire de Mode. Je me donne 2 ans. Je suis spécialiste de l’image sur le Portugal et cette menue tâche sera facile.

Je décide de commencer dès la semaine suivante. J’anime alors un cours sur le conseil en image personnelle.
J1. Perruque mi longue effilée reflets cuivrés.
Aucune remarque de mes élèves, aucun regard étrange. La perruque semble me coller à la peau.

J2. Perruque cheveux longs, reflets violine. Je salue le groupe. J’observe les yeux s’écarquiller et les sourires se former.
L’un d’entre elle ose finalement « ohoh!!! », les autres se taisent et s’interrogent.

J’encourage l’élève s’exclamant « tu voulais dire quelque chose? » souriais-je.
« Ca vous va bien » répond-elle.
« Ca n’était pas ce que tu voulais dire… tu te demandais en fait si je plaisantais ou si j’étais malade, n’est-ce pas »

Elle acquiesse.

« Eh bien non je ne suis pas malade, je réabilite la perruque comme un accessoire de mode »

 

 

Quand l’équipe médicale ne peut plus percevoir la réalité du patient… 9 avril, 2009

J’assistais hier à une conférence organisée par une grand association de lutte contre le cancer. Je vous en cite quelques extraits:

Deux psychiatres présentent leurs actions auprès des patients en phase de cancer.

Après un exposé théorique relativement précis du vécu du malade pendant la thérapie, un homme se lève dans l’assemblée et souhaite prendre la parole.

 » Je vous remercie tout d’abord de ces bonnes paroles. Je suis moi-même atteinds d’un cancer depuis 8 ans et suis traité depuis toutes ces années. J’ai pu admirer les compétences techniques indéniables des équipes de soins. Ce sont de très bons techniciens.
Par contre Madame, ce dont vous parlez, toute cette prise en charge psychologique dont vous parlez, tout ce vécu du patient, je peux vous dire une chose: dans la réalité, ça ne se passe pas du tout comme ça…. L’annonce est effectuée sans explications; ou très peu (et je ne parle même pas des périodes où les médecins sont absents, vacances scolaires ou urgences notamment), il faut attendre plusieurs jours ou plusieurs semaines pour en comprendre les tenants et aboutissants. Il faut systématiquement aller à la chasse aux informations, que nous n’obtenons souvent que partiellement. Cette année par exemple, je suis en traitement et je ne sais pas pourquoi j’ai ce traitement. Personne ne me répond. Quand à la prise en charge psychologique, elle est pratiquement inexistante Madame. Et puis, lorsqu’on est seul dans sa chambre, face à ses propres questionnements, on a bien envie de parler un peu à quelqu’un. Et la réalité est là il n’y a personne ».
Je suis bien conscience des impératifs des équipes médicales et des difficultés que vous pouvez également avoir. Mais je vous le dis, ce dont vous parlez n’est pas dans la réalité. »

La psychiatre se lève et justifie, par différents moyens, et indique que beaucoup de choses sont faites pour les patiens et que finalement « tout est au mieux dans le meilleur des mondes possibles ».

Une autre personne intervient:  »Bonjour…. je suis assez d’accord avec Monsieur. Je suis moi même malade et j’ai eu les mêmes sensations ».

La seconde psychiatre intervient à son tour et rétorque « Vous êtes du corps médical Madame? », comme pour demander une justification de sa prise de parole et de sa légitimité de parole. 

Le public s’agite.

Cette femme dans le public répète « mais mesdames les psychologues, où êtes-vous pendant que nous sommes malades? »

« Je suis à l’hôpital bien entendu, dans mon bureau. Ma porte est toujours ouverte », indique la psychiatre. Il ya beaucoup d’efforts de faits, il faut quand même nuancer vos propos ». 

 

 

 

 

 

123
 
 

Maison des Savoirs de Ouaga... |
mamoudoukane |
Femme et Psy |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | COLLECTIF49
| GUAT Clément
| demoli